Décembre

L’année 2017 fut celle du Jazz, à n’en point douter.
L’année de son centenaire, d’abord. Bruxelles l’a fêté comme il se doit, avec un nombre incalculable d’activités, que ce soit dans les clubs ou dans les plus grosses salles. Pourtant, quelques frayeurs subsistent. Les fermetures de plus en plus nombreuses de petits lieux, pourtant si importants dans une ville aussi ouverte d’esprit. Les restrictions, voire interdictions, qui cassent toute tentative de dynamisation et d’épanouissement culturel. Les changements de législations concernant les statuts, les subventions, les aides à l’emploi, qui plongent les artistes et les lieux dans une précarité dangereuse.
Les questions qui se posent réellement, chaque année, sont donc les suivantes : comment se positionne-t-on ? Comment trouver un équilibre pour assurer le meilleur accueil possible aux artistes, au public, tout en parvenant à subsister en tant qu’institution ? Comment voir à long terme, aussi, quand l’essentiel de nos préoccupations nous cantonnent à l’instant présent ?
Des réponses, nous en avons trouvé, et nous cherchons encore. Elles sont toutes fondées sur le même concept, qui unit finalement les trois entités motrices de la culture. Public, artistes, programmateurs, nous sommes mus par la passion. Sans elle, les bras seraient baissés depuis longue date. Grâce à elle, nous continuons de l’avant et nous cherchons de nouvelles idées, qui font de nos métiers une émulation perpétuelle.
Aussi, grâce à la passion, nous pouvons vous garantir une année 2018 en harmonie avec nos valeurs : amour de la musique, respect des musicien(ne)s, curiosité sans limites, ouverture d’esprit, chaleur humaine et démocratisation de l’accès à la culture. Ce seront les maîtres mots de nos activités, et ce seront les valeurs qui animeront les nouveautés qu’on vous réserve !
Nous vous souhaitons donc une année remplie de douceur, de surprises, de joies et de projets. Une année bercée par la musique, et si vous le voulez toujours, bercée par notre musique.

La Jazz Station.